Seydou-Guèye

Après la liberté provisoire d’Oulèye Mané, Amy Collé Dieng, Penda Bâ et consorts, emprisonnées pour délits d’offense au Chef de l’État et injures publiques, le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, soutient que pour toutes ces affaires, le Procureur de la République n’a pas jugé nécessaire de s’opposer à la décision du Doyen des juges, mais l’action publique n’en est pas pour autant éteinte.

« En dépit des nombreux appels à la clémence qui ont été entendus et de la repentance des personnes incriminées, le gouvernement tient à rappeler que l’injure et les faits outrageants restent constitutifs de délits punis par la loi », précise, toutefois, Seydou Guèye.

Le gouvernement, par sa voix, en appelle donc « au sens des responsabilités, au civisme et au respect dû à nos institutions, au regard des dérives notées à travers les réseaux sociaux, qui portent atteinte à la paix et aux valeurs qui fondent la République ».







Classés dans :

Cet article a été écrit par maimouna

Réactions

Donnez votre opinion