Saint Louis commémore le Magal des deux Rakkas


deux-rakkas-saint-696x348

5 septembre 1895, 5 septembre 2017, plus de 122 ans après le Magal des deux rakaks, le Mouridisme est devenu l’une des plus grandes confréries d’Afrique. Un petit retour sur les faits en 1895.

A cette date Cheikh Ahmadou Bamba faisait face au conseil privé à Saint-Louis du Sénégal (tribunal de l’Afrique Occidentale Française) à travers un procès inique que l’histoire retiendra pour toujours.

Le procès du 05 septembre 1895 s’inscrit dans ce combat sans merci pour substituer à la culture islamique une autre culture et une autre religion. Ce procès avait pour objectif d’arrêter de façon nette et sans appel les valeurs de culture et de civilisation enseignées par Cheikh Ahmadou Bamba.

Extrait du procès-verbal du Conseil privé : “ le conseil privé après avoir entendu la lecture des rapports de M.M Merlin et Leclerc et fait comparaître Ahmadou Bamba a été d’avis, à l’unanimité, qu’il y avait lieu de l’interner au Gabon, jusqu’à ce que l’agitation causée par ses enseignements soit oubliée au Sénégal “.

Relatant son exil Cheikh Ahmadou Bamba écrit : ” J’ai subi dans cette île (Saint Louis), au cours de cette période des épreuves que je n’évoquerai jamais par courtoisie à l’endroit du plus digne de reconnaissance Qui est adoré par amour pour sa face. Celles-ci (les épreuves) étaient une éducation spirituelle de la part du vivant (Dieu) qui ne meurt pas. Lui qui m’a dispensé de recourir aux armes contre l’assassin “, relève-t-il dans son ouvrage,  Les Dons du digne de reconnaissance.







Classés dans :

Cet article a été écrit par Ajonews

Réactions

Donnez votre opinion