khalifa

Les responsables de l’Alliance pour la République (Apr) adorent répéter sur les plateaux télés, radios et devant les micros que le procès de Khalifa Sall n’est pas politique. Pourtant leurs étudiants ont infiltré la salle 4 du Palais de justice Lat Dior dans le but de perturber le maire de Dakar et apporter une réplique à ses soutiens qui accusent « le juge Demba Kandji d’être corrompu ».

Le procès en Appel du maire de Dakar Khalifa Sall est en train de se transformer en une battle entre ses partisans et les militants du parti au pouvoir. Ce qui confirme de plus en plus la thèse selon laquelle, le procès est hautement politique.

Mardi, la salle 4 du palais de justice de Dakar n’était pas que le théâtre de querelles entre avocats de la défense et ceux de la partie civile.

Dans le public, il y avait deux camps. A gauche, les khalifistes et à droite des militants de l’Alliance pour la République (Apr). Après la première suspension d’audience, le Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer) s’est levé comme un seul homme pour scander : « Rendez-nous notre argent… voleur ». Ce qui a fait sortir de leurs gonds les partisans du maire de Dakar. Les deux parties en viennent presque aux mains avant que les gendarmes n’interviennent et n’expulsent les éléments perturbateurs de la salle.

En dehors de la salle d’audience, le même spectacle s’est produit. Et les forces de l’ordre ont encore dû intervenir pour faire régner l’ordre aux alentours du palais de justice. Un des inconditionnels de Khalifa  Sall a confié, sous le couvert de l’anonymat, à nos confrères de L’AS, que le Secrétaire général du Parti socialiste était derrière cette infiltration des étudiants apéristes au procès.







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion