aminata djigo (7)

Le Conseil constitutionnel vient de publier les résultats officiels des élections législatives du 30 juillet passé pour les élections des députés de la 13éme législature sénégalaise. Si pour les alliés du Président de la République ces résultats sont appréciables, du côté de l’opposition, ces chiffres ne sont que le reflet d’une mascarade déguisée. Ce que Aminata Djigo de la coalition Benno Bokk Yaakaar de Tamba et suppléante sur la liste nationale de la dite coalition balaie d’un revers de mains. C’est à l’occasion d’un entretien accordé aux journalistes de ajonews que le deuxième Vice-Présidente du Conseil départemental de Tamba est revenue sur la polémique née des résultats des dernières législatives du 30 juillet passé et les perspectives de son parti pour la prochaine élection présidentielle au niveau de sa base politique, Tambacounda.

Revenant sur le grand travail abattu à Tamba où ils avaient comme tête de liste le ministre de la justice, Me Sidiki Kaba, un leader affirmé au niveau local, selon notre interlocutrice, avec comme colistière une députée sortante qui « a aussi une légitimité d’avoir été là dès les premiers moments de l’APR », ainsi que le Maire Mame Balla Lô et une autre femme Lala Sankaré de Koussanar comme suppléants, Mme Djigo a expliqué la stratégie que leur équipe a utilisé pour aboutir au résultat obtenu, plus 53%.

« Après le choix d’hommes et de femmes qui avaient une certaine légitimité au niveau local, notre bataille consistait alors à savoir ce que l’on voulait, qu’est ce qui est bien pour le Sénégal mais aussi en tant que politique, permettre au Président Macky Sall d’avoir une majorité renouvelée à l’assemblée afin qu’il puisse terminer les politiques publiques qu’il est en train de mettre en place ou laisser place à une cohabitation au niveau de l’hémicycle, heureusement, les populations ont tranché et cela dans tout le pays », a-t-elle expliqué.

Et ajoute, « notre travail consistait à montrer aux communautés, aux acteurs, aux porteurs de voix, à travers des meetings, thé-débats et autres rencontres, la véritable raison pour laquelle on doit se battre et donner la majorité au Président de la République pour qu’il puisse terminer le travail entamé ».

Les résultats obtenus par la coalition présidentielle ont été sources de polémique de la part de l’opposition selon ce scrutin est une « non élection, une grosse mascarade déguisée », orchestrée depuis la refonte totale ou partielle du fichier électoral et les nouvelles inscriptions et qui a abouti aux différents problèmes notés lors du vote.

Des accusations que Aminata Djigo efface d’un revers de la main, la naturalisée du Sénégal oriental estime que « notre pays a atteint un niveau démocratique tel que personne ne peut voler des élections, je dis bien personne dans ce pays-là n’est capable de voler une élection ». Et Mme Djigo de poursuivre, « le système électoral sénégalais est fait de telle sorte qu’il est impossible de faire ce genre de chose. Moi j’ai été mandataire dans un centre de vote où il y avait sept bureaux de vote et chaque fois que le vote est bouclé, on appelle deux scrutateurs qui ne font partie d’aucun parti et le président ils font le décompte avec tous les représentants des partis et quand ils terminent, ils affichent d’abord avant de donner les PV aux représentants des partis et de communiquer les résultats alors je me demande à quel moment on peut voler une élection ».

Et appelle l’opposition à être démocrate, « franchement, il faut que les gens apprennent à être démocrates parce qu’être démocrate aussi c’est être capable de gagner dignement mais aussi de perdre dignement », a-t-elle lancé. « Quand on parle de mascarade, je pense que c’est trop dire par rapport aux élections qui viennent de se dérouler, néanmoins, tout le monde le sait, vous l’avez constaté, tout le monde l’a constaté, il y a eu des imperfections mais quoi que ça n’est pas allé à tel point qu’on parler de mascarade », ajoute-t-elle.

Interrogée sur les propos de Me Abdoulaye Wade qui a déclaré que sa coalition ne participera plus à des élections organisées par le gouvernement du Président Abdoulaye Wade, la Vice-Présidente du CD de Tamba considère ces propos comme tout « simplement de l’animation politique, une stratégie de l’ancien président pour tâter le pouls des sénégalais ».

« Vous savez, nous avons beaucoup d’affections pour le Président Wade, aussi bien le Président Macky Sall que nous, quand le Me Wade est venu à Tamba pendant la campagne, j’étais moi-même sortie pour l’accueillir et comme je vous l’ai dit tantôt, nous faisons partie de la génération qui avait combattu et accompagné l’ancien président pour son accession au pouvoir », dit-elle.

Et celle qui se dit confiante quant « à la réélection du Président Macky Sall dès le premier tour en 2019 et qui estime qu’aucune combinaison ne leur empêchera d’atteindre 50% », de conclure, « c’est Abdoulaye Wade qui a guidé nos premier pas politique et nous comprenons bien ces stratégies et ces propos font parties de ses stratégies et nous le prenons comme tels ».

Mounass Makoar







Classés dans :

Cet article a été écrit par maimouna

Réactions

Donnez votre opinion