equipe-du-senegal-863x558

Un slogan est symbolique dans toute entreprise pratique et culturelle. Il accompagne, pousse et encourage les femmes et les hommes dans leurs activités. Pour une nation, il réveille l’appartenance et la fibre patriotique. Nos « gaïndés », ces lions valeureux que nous connaissons bien  depuis Asmara 68, Caire 86, Dakar 92, Annaba 94, et Séoul 2002, en avaient. Des slogans si puissants qu’ils ont réussi à traverser l’épreuve du temps et à galvaniser la jeunesse ! Ils ont été de véritables piliers culturels et ont même parfois contribué à changer la vision des  sénégalais.

Il est vrai que pour être valable, tout bon slogan doit au minimum intégrer au moins quelques éléments !  Peut-être que Macky et ses conseillers en communication n’y arrivent pas…

Un slogan doit raconter une histoire qui aura un effet durable ! Il doit être crédible, ne pas en faire trop ni promettre des choses irréalistes. Il doit avoir une sonorité mémorable : trouver le bon rythme, la bonne rime, le bon style sonore. Il faudra s’assurer qu’il rappelle instantanément les idées qui fondent notre nation. Mais il faut également des règles comme l’originalité : éviter les platitudes ; et comme l’émotion : être sûr  que les sénégalais opineront de la tête en signe d’agrément.

Les dirigeants de l’époque et les chefs de l’Etat l’avaient impulsé. Le « Goorgorlu leen » de Wade avait tout son sens ; le « Ca kanam »  de  Diouf aussi. Macky qu’est-ce que tu nous fais ? Si tu n’en as pas, tiens ! Dis aux Lions, à un mois et demi de leur combat : « Ajoo leen » !

 

Derrick

 







Classés dans :

Cet article a été écrit par babacarbeuz

Réactions

Donnez votre opinion