French President Emmanuel Macron and France's Foreign Affairs Minister Jean-Yves Le Drian attend a High Level Conference on the Sahel in Brussels, Belgium February 23, 2018.   REUTERS/John Thys/Pool - RC1B9264DD60

Dans une tribune, Olivier Lafourcade et Serge Michailof se félicitent de la décision de Paris de favoriser les dons directs aux Etats.Après tant de promesses, la main sur le cœur, de présidents français successifs, nous ne parvenions plus à croire à une reprise du contrôle de notre aide publique au développement (APD), condition essentielle, selon nous, de son efficacité. A chaque fois, Bercy, la main sur le portefeuille, s’empressait « d’oublier » les promesses présidentielles.

Ne jetons pas la pierre à nos hauts fonctionnaires, qui ont le souci du bon emploi de nos impôts. Ils se débrouillaient année après année pour maximiser les chiffres de notre APD, soit en gros 10 milliards d’euros, tout en veillant à en minimiser le coût pour le contribuable. Notre effort budgétaire effectif est ainsi inférieur au quart des 10 milliards annoncés.

 







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion