Css

L’autorisation de la direction du commerce intérieur à des commerçants d’importer du sucre, fait sortir la compagnie de sa réserve, afin de sauver ses réserves…

Actuellement, la compagnie sucrière sénégalaise a au moins 55 000 tonnes de sucre dans ses magasins, une quantité qui n’est pas encore écoulée. C’est ce moment que le ministre du commerce et la direction du commerce ont choisi pour délivrer des autorisations d’importation de sucre. Alors que la CSS a connu une mévente l’année dernière et une autre en début de campagne cette année. Selon des responsables de la compagnie, cette mesure peut causer d’innombrables difficultés à cette structure, mais aussi à l’économie sénégalaise en général. Les responsables sortent de leur réserve, pour ces derniers, il est hors de question de prendre des décisions qui ne reposent économiquement sur rien, car la société risque de déposer le bilan. Et qui dit CSS, dit ? Centaines de millions dans les caisses du trésor public, mais surtout, un des premiers recruteurs du Sénégal, un véritable manque à gagner pour l’Etat du Sénégal. « Normalement le Sénégal n’a pas besoin d’importer un gramme de sucre d’ici le mois de septembre de cette année, la compagnie a beaucoup produit, puisque elle vise l’autosuffisance du Sénégal en sucre en 2017. Pour 2014, la CSS a produit 114 000 tonnes avec la campagne en cours qui va s’achever dans une dizaine de jours. Par rapport à l’année dernière la CSS a produit 20 000 tonnes de plus », explique un membre de l’administration, entretenu avec le journal L’AS.
La CSS risque, avec ces autorisations, de fermer boutique, c’est le sentiment de l’administration. Un dilemme préoccupant pour les autorités sénégalaises, entre favoriser la concurrence dans une économie libérale ou donner le monopole à la CSS. La question reste difficile à trancher dans un système économique informel et non maîtrisé.

BBD







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews info

Réactions

Donnez votre opinion