omvs siège

A l’instar de la communauté internationale qui célèbre chaque 22 mars, la journée mondiale de l’eau, l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Senegal (OMVS), a commémoré la journée à travers une rencontre avec la presse pour échanger sur les perspectives de la coopération autour de la gestion du fleuve Sénégal entre la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

Le siège de l’organisation à Dakar a abrité la rencontre qui s’est tenue, ce matin, sous le thème « L’intégration sous-régionale  au cœur  de la célébration de la journée mondiale de l’eau Intégration sous-régionale : les grands Projets et les investissements de l’OMVS ».

Et le Haut Commissaire de l’OMVS, M. Hamed Diane Séméga de faire savoir l’intention de l’OMVS de « renforcer sa dynamique dans ces différents États membres, au benefice des populations vivant autour du bassin du fleuve Sénégal ».

M. Séméga est aussi revenu sur «les grands projets structurants qui permettent de maitriser les eaux du fleuve, pour les mettre au service du développement économique du bassin : le barrage de Diama pour le développement agricole, le barrage de Manantali, qui sert à améliorer les capacités d’irrigation au niveau de la vallée, le barrage de Félouau Mali et le barrage de Gouina qui est en construction, et plus tard le barrage hydraulique de Koukoutamba qui est le plus gros barrage qui va être réalisé sur le fleuve ».

Pour le haut commissaire qui se réjouit du fait que « l’intégration est une réalité à l’OMVS, au point que des délégations venues du monde entier viennent apprendre de l’exemple de coopération et d’intégration autour de l’eau qu’est notre institution »,  toutes « ces réformes institutionnelles, ainsi que la mise en place d’un financement durable sont autant de perspectives en vue desquelles l’organisation devra répondre aux enjeux de la gestion intégrée de la ressource en eau (GIRE) ».

C’est le but du Programme de Gestion Intégré de l’environnement et de Développement des Usages à buts multiples de l’Eau, dénommé PGIRE qui, depuis son lancement en 2007, soutient de multiples activités dans différents domaines, ceci pour permettre aux populations du bassin généralement démunies, de profiter de la disponibilité permanente de l’eau grâce aux barrages. Le PGIRE est actuellement dans sa phase 2.

« L’OMVS est une vision politique forte, dont la solidarité fait que l’intégration est une réalité. C’est un outil de stabilité, de la coopération ente quatre Etats qui se partagent une même ressource », a indiqué M. Séméga qui annonce « plusieurs programmes sanitaires, dont la lutte contre le péril fécal et toutes les autres pathologies liées à l’eau. Il a ajouté que des plans d’aménagement forestiers sont en vue au niveau du bassin du fleuve.

En plus d’une exposition qui retrace l’histoire de l’organisation créée le 11 mars 1972 par trois États que sont le Mali, le Sénégal et la Mauritanie et plus tard en 2006 l’intégration de la Guinée, la cérémonie a aussi été une occasion pour lancer un film d’animation sur l’OMVS « Le fleuve Sénégal, un bien commun à préserver » réalisé à l’intention du jeune public des quatre Etats membres.







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion