Il faut rendre à César ce qui est à César


abdoulaye-khouma

A force de persévérer dans la multiplication des actions de haute portée sociale, la première Dame, Mme Marième Faye Sall, a réussi la prouesse de convaincre par les actes. Rendons alors à César ce qui appartient à César. Notre propos de ce jour n’a aucun relent politique, il ne traduit que la reconnaissance de tous les bénéficiaires sans voix, des œuvres de bienfaisance de la première Dame. Pourtant, elle est la cible de toutes les attaques injustifiées, de toutes critiques infondées, de toutes les formes de procès.

 Sa faute ! C’est d’être derrière un grand homme, c’est d’être aux côtés de la frange de la population composée des plus démunis, c’est de se rendre utile là où le besoin se fait sentir, c’est servir le Sénégal au lieu de se servir.

 Toutes choses qui nous confortent aujourd’hui dans nos convictions. Désormais, il ne sera plus question de laisser des énergumènes, bras armés de lâches politiciens encagoulés, s’attaquer à cette généreuse Dame de cœur qui allège tant de souffrance auprès de nos compatriotes.

 Ce que Marième Faye Sall est en train de faire dans les mosquées, lors des fêtes religieuses de toutes les confessions confondues, pour les sinistrés, les malades, les orphelins… bref, pour les populations, est une raison suffisante pour la féliciter et justifier qu’on s’érige en bouclier pour elle. Nous nous ferons désormais le devoir de prendre sa défense chaque fois que la situation l’exigera et de répondre à la mesure des attaques et des critiques d’où qu’elles viendront.

A bon entendeur, salut !

Abdoulaye KHOUMA

Responsable Cojer Kaolack







Classés dans :

Cet article a été écrit par maimouna

Réactions

Donnez votre opinion