direct gaza

Des heurts ont éclaté lundi matin à Gaza et plusieurs Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens à quelques heures de l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem.

La bande de Gaza est le théâtre de heurts depuis la fin de la matinée, où plusieurs Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens à la frontière, alors qu’ils manifestaient contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, prévue lundi après-midi.

Seize Palestiniens ont été tués, lundi 14 mai, par des tirs israéliens, rapportent les services sanitaires de Gaza, qui font état de 500 blessés dont 200 par balles.

L’armée israélienne a largué dimanche et lundi des tracts prévenant les Gazaouis qu’ils exposaient leur vie en prenant part aux manifestations et qu’elle ne permettrait pas qu’on s’en prenne à la barrière frontalière, aux soldats ou aux civils israéliens riverains du territoire palestinien.

Saluée comme « historique » par Israël, l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem est largement perçue comme un acte de défi envers la communauté internationale dans une période de grande inquiétude pour la stabilité régionale.

Des milliers de Palestiniens sont rassemblés depuis lundi matin à quelque distance de la frontière. Certains groupes se sont détachés pour lancer des projectiles de fortune en direction des soldats israéliens et tenter de forcer, au péril de leur vie, la barrière frontalière lourdement gardée par les tireurs israéliens.

Le ministre de la Défense israélien Avigdor Lieberman a prévenu que l’armée emploierait « tous les moyens » pour défendre la frontière, les soldats et les civils israéliens riverains de l’enclave.

Ce mouvement de protestation doit culminer mardi 15 mai, jour que les Palestiniens appellent la « Nakba » (la « catastrophe »), marquant l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Ismaël Haniyeh, chef de file du Hamas dans la bande de Gaza, a promis une « marée humaine ».

« Le monde doit entendre notre message, même s’il doit y avoir beaucoup de martyrs aujourd’hui. C’est le grand jour, nous allons franchir la clôture et prouver à Israël que le monde n’accepte plus cette occupation », déclare à l’AFP Ali, un professeur de sciences.

Au moment où nous écrivons ces lignes, le bilan fait état de 25 morts du côté des palestiniens. Ces décès portent à 79 le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Gaza depuis le début d’un mouvement de protestation massif le 30 mars. Ils font aussi de cette journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de 2014 dans l’enclave.







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion