ansoumana_dione

Que tous les hommes, malades mentaux errant au Sénégal, soient tués, assassinés ou même sacrifiés, comme dix (10) d’entre eux l’avaient été en 2014 à Tambacounda, tout ceci peut ne pas avoir des conséquences sur la vie des populations. Mais, lorsque c’est une femme malade mentale errante qui a été égorgée, tel que nous l’avons vécu hier, jeudi 04 mai 2018, à la Cité des Eaux, cela devient inquiétant. Car, si l’être humain constitue la meilleure des créatures, la femme demeure et reste sacrée. A elle seule, elle représente plus Magasin à protéger à tout prix, vu son importance au plan économique, social, culturel, éducatif, environnemental, pour ne citer que cela. Autrement dit, l’heure est devenue très grave au Sénégal. C’est la raison pour laquelle, nous appelons tout le peuple à un sursaut national en faveur des malades mentaux. Et, si nous ne le faisons pas avec cette affaire inédite et gravissime, notre pays risque d’ouvrir l’une des pages les plus sombres de son histoire. Attention, on n’égorge pas une femme, ne jouissant pas de toutes ses facultés mentales. Donc, c’est tout le monde qui doit se lever aujourd’hui pour dire : « non, plus jamais ça ».

Egalement, c’est l’occasion pour nous d’appeler, ici, le Gouvernement du Sénégal ainsi que toutes les bonnes volontés, à venir nous accompagner dans notre Programme de prise en charge et de réinsertion sociale des malades mentaux errants. En effet, c’est ce lundi 07 mai 2018 à partir de 11 heures, que nous allons démarrer à la Place de la Nation, cette œuvre humanitaire, après plusieurs années d’attente dues à la confiscation et la fermeture depuis 2013, de notre Siège de Kaolack, par le régime du Président Macky SALL. Malgré ce blocage, des dizaines de malades mentaux errants, dont les jeunes femmes et garçons, en priorité, seront acheminés au Centre Hospitalier National Psychiatrique de Thiaroye. L’objectif de cet élan de solidarité auquel nous invitons tout citoyen sensible à leur sort, est d’éradiquer à Dakar et dans les cités religieuses, ce triste spectacle désolent, d’ici à la fin de l’année 2018, pour l’élargir ensuite aux autres villes du pays. Maintenant, pour rétablir la dignité humaine, longtemps persécutée au Sénégal, avec la présence massive dans les rues, de malades mentaux, qui ne laisse personne indifférente, nous devons tous nous mobiliser pour que cette opération de bienfaisance puisse connaître parfaite réussite./







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion