Chine: le #MeToo s’installe malgré…


me too chine

Une ex-étudiante en doctorat, Luo Qianqian a lancé le mouvement #Me Too en Chine, malgré les censures encourues.

Plusieurs mois après le début du mouvement «#MeToo» aux Etats-Unis, les Chinoises commencent, elles aussi, à dénoncer publiquement des cas d’agressions et de harcèlement sexuel dont elles sont victimes.

Tout a vraiment commencé en janvier passé, lorsque cette dernière qui avait publié un message sur le réseau social Weibo accusant son ancien professeur de l’avoir agressée, était stupéfaite de voir que son message a été lu par trois millions d’internautes en seulement quelques heures.

Et dix jours plus tard, l’université pékinoise de Beihang démettait de ses fonctions son professeur, après une enquête interne concluant qu’il avait harcelé sexuellement plusieurs étudiantes.

 

 







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion