5160787_3_604d_nicolas-meda-ministre-de-la-sante-du-burkina_f53a333eca894190847cfdcf8f58cab2

Nicolas Meda, ministre burkinabé de la santé, est engagé dans le Partenariat de Ouagadougou, un programme ouest-africain de planification familiale lancé en 2011.

Nicolas Meda n’est pas étranger aux questions soulevées lors du sommet Family Planning 2020 de Londres, mardi 11 juillet. Médecin épidémiologiste depuis plus de vingt ans, spécialiste de la santé reproductive et de la transmission mère-enfant du virus du sida, il défend depuis longtemps le développement d’une meilleure contraception en Afrique.

Ministre de la santé du Burkina Faso depuis février 2017, il s’est fait le porte-parole du Partenariat de Ouagadougou à l’occasion du sommet. Devant un parterre de ministres du monde entier, de chefs d’entreprises, de fondations philanthropiques et d’acteurs de la société civile en faveur de la planification familiale, il a martelé que celle-ci était un droit inaliénable, qui devait s’apprendre dès l’école primaire.

Pour le Monde Afrique, il est revenu sur ce partenariat, sur la contraception et les droits des femmes en Afrique.

 







Classés dans :

Cet article a été écrit par maimouna

Réactions

Donnez votre opinion