Sans titre-1

Encore 13 morts! La liste des 70 000 personnes en fuite, 600 victimes et la centaine de tués rallongée. Cela ne choque plus personne. Un deuil national bricolé, imposé par les internautes, ni marche, ni gerbe de fleur déposée! Qui sont ces jeunes qui meurent ? Quel est leur lien avec le reste du Sénégal ? Avec les gouvernants ? Avec ceux qui continuent d’accuser le MFDC ! Avec ceux qui disent « éradiquer » manu militari la rébellion ? Ce qui était, et est toujours plus facile à dire qu’à faire. Pour preuve, elle dure encore. Pour preuve, de jeunes âmes ont encore été arrachées à la vie! La Casamance meurtrie! Encore des personnes pour nous dire que « le Sénégal est un et indivisible »! Alors que l’Etat du Sénégal est toujours absent : au début il n’offre aucune protection ; pendant, il ne pleure pas nos morts ; et après, l’affaire est jetée aux oubliettes et pire, il vient exploiter honteusement les ressources! Voilà des hypocrisies effarées qui se dépêchent de protester et se mettre à couvert! Qui peut vivre infâme, est indigne du jour! Indigne, d’être casamançais! Des fleuves de sang qui coulent et couleront encore! Avec des accalmies criminelles trompeuses! Calamité! Je préfère la guerre! La guerre pour en finir, ou une paix criminelle? Cette paix briseuse d’espoirs! Cette paix insensée! Cette paix vide. On finit pas haïr ce terme pour son utilisation en Casamance…
Vous voulez savoir pourquoi ces morts ? Un Etat absent! L’Etat est doublement coupable! Coupable d’avoir appauvri cette région. Conséquence : des jeunes prêts à braver mines, obus et coupeurs de route à la recherche du gain, de leur pitance! Coupable d’avoir laissé prospérer de vastes réseaux de coupe clandestine et de vente illicite du bois. En effet les coupeurs de bois opèrent de nuit comme de jour sous le regard complice des autorités sénégalaises! Mais rien ne doit justifier leur mort! Si jamais il venait l’idée à des bandes armées ou au MFDC de vouloir être des sentinelles pour la protection de nos ressources et du bois en particulier, qu’ils sachent qu’ils n’ont le droit ni de vie, ni de mort sur des hommes, à plus forte raison sur leurs frères! Rien ne le permet : la vie est sacrée!
Même pas un communiqué digne de ce nom, de la part de ceux qui sont censés nous gouverner, pour nous annoncer la disparition des nôtres. Le fait n’est pas nouveau! J’ai vu des articles, ou des messages un peu « limites », accusant Macky d’être allé à Paris pour Charlie, et de ne pas aller en Casamance! Et traitant Youssou d’égoïste pour avoir maintenu son concert! Je comprends ces accusations politiciennes. Mais le crédit que je leur accorde est minime.
Les vrais Casamançais répondront que notre tourment ne date pas d’hier! Qu’il vient de loin! Depuis Senghor, en passant par Diouf, Wade, jusqu’à Macky… On s’en fiche qu’ils viennent baragouiner un discours encore plus méprisant que leur absence! C’est à nous seulement, à nous de pleurer nos morts, et de prendre notre destin en main. Il faut juste qu’on se rebelle!
Casamançais rebellons-nous! Ce mot nous fait peur, alors insurgeons-nous! Celui-là aussi, alors révoltons-nous!! Bon sang, dépassons l’indignation primaire! Ce pays était constitué de guerriers, de révolutionnaires, qui ont su dire non à toute forme d’occupation! Pourquoi accepter ces lourds tributs ? Pourquoi accepter ces nouvelles formes d’exploitation, d’oppression, de criminalité, de mépris ?
Pourquoi ? De quoi a-t-on peur : de la mort ? Du MFDC ? De l’Etat du Sénégal? Sommes-nous capables de demander autre chose qu’une Paix qui n’aura jamais lieu ? Après plus de 35 ans de conflit, on peut évoluer vers une liberté totale, une autonomie, voir une indépendance! La question n’est pas ridicule! Car cela signifie : notre auto-détermination, la prise en charge de notre sécurité, la gestion de notre identité, de notre économie, de notre destin, la protection de nos vies, et un avenir meilleur pour notre jeunesse…
La situation, ni guerre ni paix, n’est pas le plus choquant! Le pire, c’est un peuple, qui ne sait pas, entre l’autonomie, la séparation, et une fausse union, que choisir! Ni casamançais ni sénégalais !
C’est la seule recette qui n’a pas encore était mise en œuvre. Les solutions militaires, économiques, les négociations, ont toutes échoué.
L’autonomie, peut être un soulagement pour ceux qui doutent! Pourquoi ne la demandons-nous pas clairement ? Il faut que les Casamançais brisent le tabou, osent parler d’autonomie, d’indépendance, comme les Slovènes, comme les Croates, les Corses, comme les Arméniens, comme les Géorgiens, comme les Catalans, comme les Chypriotes, comme les Ecossais, comme les Kosovars, comme les Tchétchènes, comme les Basques, comme les Corses, comme les sud-soudanais, comme tous les peuples qui pensent à juste titre qu’ils ne se retrouvent pas dans une union bricolée, qui posent le problème du différentiel économique. Ici, l’union africaine n’est pas remise en cause! Au contraire, on parle ici d’union dans la diversité, de respect de toutes les cultures et minorités.
Les Casamançais souffrent de l’autorité sénégalaise, ils doivent se révolter, manifester leur envie de faire sécession si cela est nécessaire! Après, on peut discuter sur la forme! Libérons la parole! L’audace de parler peut être un début de solution. Elle permettrait de vaincre la violence et d’entamer une révolution citoyenne…
Se rebeller ne veut pas dire être avec Salif Sadio ou Atoute César Badiate! Cela veut dire aspirer à la Liberté, au Respect, à une vrai Paix, ou nous serions les seuls acteurs! Sans militaires sénégalais, ni MFDC…
Pourquoi devons-nous suivre les directives d’un MFDC, incapable de garantir notre sécurité ? Ou d’un Etat central sénégalais qui, à part exploiter notre bois, notre zircon, nos terres, ne fait rien ? Ni électricité, ni eau, ni instruction, ni sécurité, ni travail! L’Etat du Sénégal est absent en Casamance, il faut le marteler!
Si nous ne voulons pas que la décimation de notre jeunesse se perpétue, si nous ne voulons pas que cet eldorado de forêts magnifiques, qui rapporte des devises à l’Etat, ne profite jamais aux Casamançais, si nous voulons conserver notre pêche et notre tourisme comme il se doit, refuser d’approvisionner les usines du Nord en coton et de ravitailler Dakar en charbon de bois, en attendant le pétrole offshore, de fournir des terres et de l’eau à d’autres, sans que les Casamançais en bénéficient, empêcher le gaspillage des ressources et la destruction des milieux naturels, bien gérer les richesses halieutiques qui sont surexploitées par les flottes industrielles étrangères, éviter que la « verte Casamance » ne soit bientôt plus qu’un souvenir, c’est maintenant qu’il faut agir! C’est Maintenant qu’il faut dire la vérité à toutes ces autorités incapables, mais aussi au mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance : leur dire de changer de tactique!
Il nous faut nous engager politiquement, économiquement, et éradiquer les partis traditionnels nordistes avec leur idéologie importée! A ceux-là qui seront choqués par ces paroles, ou qui ont peur d’une autonomie, ou d’une indépendance, nous leur disons que notre autonomie est ouverture, tolérance, solidarité et fraternité… Nous l’avons montré en étant une des régions les plus polyethniques avec une diversité culturelle sans égal, des cimetières où musulmans et chrétiens sont enterrés…
La paix en Casamance, est dans les mains des Casamançais, et ceci passe forcément par une autodétermination de ce peuple à prendre son destin en main. Une organisation de masse capable de prendre le pouvoir et de le donner au peuple casamançais, qui va réaliser le rêve démocratique d’égalité, de justice, de paix, de coopération, qui donnera à tous les mêmes chances pour l’éducation, le plein emploi et la santé! Qui dit mieux ?
Babacar Beuz Diedhiou




Réactions

Donnez votre opinion