Baba Diédhiou dévoile ses œuvres


IMG_9349

La 7e édition du Partcours qui se déroule du 3 au 15 Décembre 2018 dans la ville de Dakar a pour ambition de faire découvrir les acteurs les plus actifs de la scène culturelle.  L’évènement se propose de réunir des lieux d’exposition et de culture de Dakar et des zones environnantes, pour «  la promotion de leur travail et pour permettre à un large public de rencontrer des artistes du Sénégal ».

IMG_9408

Baba

Le Partcours a fait escale ce vendredi 8 Décembre à Hann Maristes, à la Villa des Arts de l’illustre artiste Ousmane Ndiaye Dago. C’est là que Baba Diedhiou a exposé ses œuvres, comme un symbole. Il y côtoie d’autres talents venus de France, d’Espagne, de la Cote d’Ivoire et du Congo Brazzaville. Intitulé Réverbérations de pellicules, le vernissage a drainé du monde, permettant un échange fructueux et  la découverte pour Baba d’autres artistes venus d’ailleurs.

Ses œuvres : empreintes de son parcours

Etant jeune sénégalais, Baba était un footballeur très doué. Il a même séjourné en Italie pour des tests dans un club qui n’ont pas été concluants. De ce voyage, il a compris que l’Europe n’est pas l’eldorado tant rêvé par les jeunes de son âge.

Il s’est reconverti en photographe et sillonne le Sénégal pour exprimer ses émotions.

IMG_9353

Les quatre tableaux que Baba Diédhiou présentent sont un pan de son vécu, de son histoire qu’il a voulu raconter à travers ses photographies d’une grande qualité. « L’aventure incertaine » est le premier thème, composé de deux photos, à travers lequel Baba veut faire ressurgir les dangers de l’immigration clandestine. Sur une des photos, on voit une pirogue de fortune qui se débat contre le tumulte et les soubresauts de la mer agitée.

Baba Diédhiou n’oublie pas ses racines. Son deuxième thème l’évoque : « Initiation au bois sacré des femmes Diolas ». Le  « Niaka » en Diola, est comme pour les hommes, une étape importante pour les filles d’entrer dans le monde des adultes, de devenir « Femme ». Aucune mutilation n’est pratiquée lors de ce rite. Elle permet aux filles de s’émanciper, d’être autonome et de découvrir ce qui les attend en tant que Femme. Baba Diédhiou capte ces instants à travers son appareil photo. On voit trois jeunes filles, le voile à la tête, dans un lieu sombre, se préparer pour l’initiation. Comme pour dépeindre le voile de mystère qui entoure cette cérémonie. Un documentaire d’une vingtaine de minutes a été produit par l’auteur pour mieux raconter l’évènement.

IMG_9352

Perspectives et réalisations futures

Le natif de Silinkine en Casamance compte profiter de cette exposition pour sillonner Dakar, la sous-région et l’Europe, via des moyens légaux, pour montrer ses œuvres et partager sa passion. Baba ne se limite pas qu’aux sujets sensibles. Il laisse libre court à sa pensée. Faisant découvrir les multiples facettes de la nature à travers ses pérégrinations quotidiennes.  « Je photographie sans restriction chacune de mes émotions afin d’interpréter le quotidien des populations dans différentes situations » indique-t-il.

IMG_9355

Baba Diedhiou et Khéraba Traoré

Il s’ouvre aussi à d’autres formes de création comme le montre sa collaboration avec l’artiste-peintre Khéraba Traoré. Leur technique, intitulé typic graphique, consiste à transformer une photo en tableau d’art. Cela leur a valu d’être sélectionné pour le festival de Cotonou et au Salon International d’art contemporain Libr’Art à Libramont (Belgique).

Baba Diedhiou a trouvé sa voie dans un métier qui le passionne. Son souhait est de continuer à exposer ses œuvres aux côtés d’artistes de renom pour une reconnaissance internationale.

Cheikh Sall




Réactions

Donnez votre opinion