elections

Au regard des résultats sortis des urnes à l’issue de la consultation législative du 30juillet dernier, le constat est unanime et la sentence sans appel : la majorité des Sénégalais qui se sont exprimés ont été favorables au président de la République. A l’Etranger, comme dans tout le pays, dans la capitale sénégalaise comme dans le Sénégal des profondeurs, la machine électorale de bby a littéralement  broyé le « sac des griots politiques ».

Bien avant le crépuscule, l’opposition qui avait placé la barre très haute, capitula devant l’arbitrage populaire.

Le score obtenu à l’issue de la consultation, la détermination et l’engagement du premier ministre durant la campagne, l’intelligence dont il a fait preuve dans le plaidoyer des bilans, la clarté des explications, le ton juste et modéré employé tout au long de son trajet a donné à ces élections un relief particulier. Le résultat témoigne du capital de sympathie et désarme tous ceux qui voulaient transformer cette consultation populaire en test de popularité et de légitimité.

La preuve est ainsi établie que le chef de l’Etat occupe une place centrale dans le cœur de nos compatriotes qui ont tenu à lui dire clairement et de façon nette qu’il doit continuer le travail déjà entamé et qu’ils savent faire la différence entre les porteurs de projet novateurs et les marchands de sable toujours emporté par le vent. Et c’est ce qu’ils viennent de subir.

C’est pourquoi, il faut mettre sur le compte du désespoir toute cette agitation qui témoigne de l’échec de la conspiration maladroite et  politicienne de l’opposition bourgeoise et nihiliste ; Elle qui a, avant même le vote, mis sur la table la question de la démission du ministre de l’intérieur et  du président de la République, en cas de victoire de l’opposition. Mais dans quelle haineuse encre ont-ils trempé leurs langues d’éclaboussures pour inviter le ministre à démissionner

Il urge de tirer les conséquences de leurs démarche hasardeuses et irresponsables. S’ils incarnent encore un minimum de valeurs.

Ils doivent sérieusement réfléchir à leur retraite politique. Car toute cette opposition de plus en plus minoritaire des populations ne respecte ni les institutions de notre pays, ni les règles de la république, encore moins les sénégalais qui sont plus avertis quelle ne le croit .

Un leaders de ce ( bloc en coton) n’a pas pu garder son département, Ousmane sonko et Idrissa seck considéraient la presse comme un fief électoral . L’opposition s’est trompée de saison et elle regrette amèrement . Elle doit  savoir que l’arrivée de macky sall au pouvoir ne découle pas du hasard . C’est l’aboutissement d’un engagement marqué par l’abnégation, le courage et la persévérance dans l’effort au service de la République .

Ainsi, nous félicitons Idrissa Diabira pour le travail qu’il a fait pendant la campagne dans la région de Matam et à Bakel en faisant trente villages et montrant sa loyauté au Président de la République.

Ce qui est important c’est de mettre le pays dans les conditions d’un dialogue franc et utile pour que les acteurs politiques et les citoyens, tous ensembles réfléchissent aux mécanismes d’équilibres politiques et social afin d’éviter au pays des tensions inutiles et des hostilités crypto-personnelles

Nous avons la conviction bien établie que notre  pays à besoin aujourd’hui de sérénité, d’un climat politique apaisé, le corps social tout entier puisse apporter les réponses nécessaires, transparentes aux questions des libertés individuelles et collectives en cherchant inlassablement à ouvrir des perspectives nouvelles pour la consolidation de la démocratie et la stabilité de notre pays.







Classés dans :

Cet article a été écrit par maimouna

Réactions

Donnez votre opinion