forum-dakar

C’est cet après-midi que va se tenir le Panel de haut niveau des Chefs d’États, en marge de la 3éme édition du Forum international sur Paix et Sécurité en Afrique qui se tient depuis hier à Dakar, au Centre International de Conférences Abdou Diouf de Diamniadio, avec comme theme «L’Afrique face à ses défis sécuritaires: regards croisés pour des solutions efficientes».

3 séances plénières, 3 conférences, 9 ateliers, ont mobilisé pendant deux jours, des centaines de participants venus de toutes l’Afrique, ainsi que de la France et du monde pour réfléchir sur l’approche globale de lutte contre le terrorisme et le radicalisme de plus en plus persistants dans le monde et qui préoccupent aussi bien les pays développés que les pays en développement.

Le premier jour a été marqué par l’ouverture officielle du Forum présidée par le Président de la République Macky Sall, Jean Yves Le Drian, Ministre de la Défense de la France, Takei Shunsuké, Vice-ministre parlementaire chargé des affaires étrangères, de la représentante de l’Union Européenne et de Hervé Ladsous, Directeur  des opérations de maintien de la paix, Représentant le Secrétaire Général de l’Onu.

Se prononçant lors de la cérémonie d’ouverture, le Président de la République  Macky Sall qui a appelé à « un renforcement des capacités de riposte des forces de défense et de sécurité africaines, pour les amener à mieux faire face aux menaces asymétriques, en particulier celles liées au terrorisme», a indiqué qu’il « est impératif que les capacités de riposte des forces de défense et de sécurité soient renforcées face aux multiples menaces que connait l’Afrique».

Par ailleurs, il a aussi estimé qu’« aujourd’hui, les Etats doivent faire des efforts internes d’abord pour mettre à niveau les forces de défense et de sécurité, ce qui incombe à chaque pays», selon lui, et «cet effort doit porter sur l’équipement et les hommes, naturellement sur les capacités».

« Les terroristes ne sont pas des enfants de cœur. Ils sont bien organisés, ils disposent de moyens et de matériel et s’inspirent de modes d’action du plus rudimentaire au plus sophistiqué pour exécuter leurs basses besognes», a-t-il ajouté.

Avant de préciser que « seul des forces de défense et de sécurité formées, équipées et entraînées pourraient être à la hauteur des menaces et faire face au phénomène du terrorisme».

Le premier jour du Forum de Dakar a été très riche de par ces travaux et les thèmes qui ont été autour des différents débats.

La première demie journée du Forum qui avait pour thème « Extrémisme violent et radicalisation en Afrique », a été marquée par une plénière sur le thème « L’Afrique face aux défis de l’extrémisme violent; une conférence sur le thème « Quelle réponse doctrinale à l’extrémisme violent ? »présidée par Ridha Bouabib, diplomate tunisien; ainsi que trois séries d’ateliers sur les thèmes suivants que sont « Coopérer contre l’extrémisme violent partage d’expériences et leçon apprises », présidé par Sanusi Imran abdullahi, Commission du Bassin du Lac Tchad, secrétaire exécutif, « Maitrise des espaces numériques pour la paix et la sécurité en Afrique », présidé par Abdoullah Cissé, Carapaces Stratégies te Conformité, Professeur, Avocat, et enfin, « Prévention et lutte contre l’extrémisme violent : pour une approche participative, présidé par Louis Gautier, Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, France.

Pour ce qui est de la deuxième demi journée du Jour 1 du Forum qui s’est tenu sous le thème « Espace et ressources en Afrique : Enjeux sécuritaire », il ya eu, une plénière sous le thème « L’Afrique face à ses vulnérabilités : maîtrise des espaces et gestion de ressources »; une conférence sur le thème « Répondre aux menaces environnementales et humanitaires : quelles politiques », présidé par Maria Cristina Fontes Lima, Juriste et gestionnaire publique, ancienne ministre de la justice, de l’intérieur et de la défense du Cap-Vert, ainsi que trois séries d’ateliers sur les thèmes suivants, « Stratégies innovantes pour le contrôle des espaces frontaliers », présidé par Soumeylou Boubéye Maïga, ancien ministre du Mali, envoyé spécial de l’Union Africaine, « Ressources naturelles : enjeux sécuritaires et réponses adaptées », présidé par Patricio Jose, Vice-ministre de la Défense du Mozambique et enfin, un atelier sur « Démographie et sécurité en Afrique : défis et solutions », présidé par Mabingue Ngom, Directeur Bureau régional Afrique de l’Ouest et du Centre

Enfin de décontracter les esprits qui ont passé toute une journée à travailler, la première journée du Forum a été clôturée par une réception-soirée libre, offerte aux différents participants, par l’Ambassadeur de la France au Sénégal, à sa Résidence.

Mounass Makoar







Classés dans :

Cet article a été écrit par ajonews

Réactions

Donnez votre opinion